Photos souvenirs des 28ème Journées Européennes du Patrimoine : de Laïka à la Compagnie cynophile de Paris

Quelques photos prises au Centre Nationale d’Etudes Spatiales – CNES, ainsi qu’à la Préfecture de Police de Paris, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2011. Un fil conducteur entre ces deux visites : le rôle clé de nos compagnons à quatre pattes pour assurer la protection des grands de ce monde lors des voyages officiels (avec la compagnie cynophile) ou celle de nos spationautes en amont des voyages suborbitaux (une pensée pour Laïka, Félicette, Martine la guenon et Ham le chimpanzé).

La chienne Laïka, héroïne russe, premier être vivant à avoir volé dans l'espace

Vu lors de l’exposition exceptionnelle au CNES « les compagnons de l’espace » dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2011 : la couverture du magazine Jours de France du 16 novembre 1957, qui présente Laïka, première chienne spationaute. La capsule habitée par la chienne n’a jamais été récupérée (contrairement à la capsule de la chatte Française Félicette en 1963, récupérée saine et sauve). Laïka fut le premier être vivant mis en orbite autour de la terre, à bord de Spoutnik 2 lancé par l’URSS le 3 novembre 1957.

La chatte Félicette, pionnière de l'aventure spatiale française

Une photo glamour de la chatte française Félicette, 1er chat à effectuer un vol suborbital à bord d’une capsule lancée par une fusée véronique depuis la base d’Hammaguir en Algérie. Après un vol de 10 minutes, dont 5 minutes en 0 gravité, Félicette est récupérée vivante. Et oui, c’est aussi ça le génie Français. Cette photographie a été prise à son retour le 18 octobre 1963. A écouter, le vibrant hommage rendu à Félicette dans l’épisode #10 du Podcast "La voix dans la tête" : "une pensée pour Félicette. A noter qu’il n’y avait point au CNES de photos du traitre Félix, le chat originellement prévu pour cette mission dans l’espace mais qui s’échappa, le fourbe, peu de temps avant.

Malgré son port altier, point de couverture de Jours de France ou autre Paris Match pour Félicette, notre héroïne faisant partie d’un programme militaire français ses exploits restèrent longtemps confidentiels. L’on ignore d’ailleurs ce qu’il advint d’elle à son retour. Cependant quelques indices peuvent nous amener à penser que c’est vers le cinéma qu’elle se tourna par la suite. En effet, la compétition entre la France et les Pays de l’Est était alors à son paroxysme dans tous les domaines, les Tchèques ayant provoqué les Français en remportant le prix spécial du jury du Festival de Cannes 1963 avec le film "Un jour un chat". Pour qui sait lire entre les lignes, le synopsis du film est également clairement un défi lancé aux Français : "Un jour, un magicien arrive dans une bourgade accompagne de la belle Diana et d’un chat au pouvoir magique". Mais regardez plutôt cet extrait vidéo… troublant. Comment alors ne pas sentir la patte de Félicette et de l’armée Française, touchés dans leur orgueil mais contraints par le Secret Défense à ne pas s’exprimer ouvertement, quand en 1964 sort un étrange documentaire de 15 min, dont très peu de traces subsistent en dehors des archives de la Cinémathèque Française. Curieusement intitulé "Véronique et le chat", oui Véronique comme le nom de la fusée française, ce film pourrait s’avérer être en réalité le miaulement de triomphe "codé" de notre Félicette. Quoi qu’il en soit, et où qu’elle se trouve, à toi donc Félicette, la nation reconnaissante.

Dans un autre registre, photo d’une des démonstrations faites pendant les Journées européennes du Patrimoine à la Préfecture de Police de Paris.

Chien de la compagnie cynophile de la Préfecture de Police de Paris

Dans le cadre d’une exposition intitulée "Paris, capitale des voyages officiels", quelques démonstrations musclées et sympathiques avec le Service de Protection des Hautes Personnalités (SPHP) et la compagnie cynophile, chargée d’inspecter les lieux avant les voyages et déplacements officiels. Et oui, malgré l’évolution des technologies on ne fait pas encore mieux que le flair d’un bon limier à quatre pattes pour détecter des traces d’explosif.

                    

Pour conclure, un joli cadeau du CNES : une petite digression sur les "doudous" de l’espace, ces objets emmenés avec eux par les spationautes.

Le journal de bord de Jean-Loup Chrétien (1997)

Pour la petite histoire, grâce à l’expo du CNES, on pouvait apprendre que 3 kilos de matériel "personnel" étaient autorisés pour chaque spationaute lors des vols vers la Station Spatiale Internationale, et que tout cela faisait un joyeux bazar dans les 900 m3 de la station, dont 400m3 habitables (oui on parle en m3 habitables puisqu’en apesanteur il est possible de faire une sieste au plafond!). On notera l’humour et la classe de Claudie Haigneré, première française à voler à bord de la Station spatiale internationale.

Le poudrier de la spationaute Claudie Haigneré

About these ads

À propos de Séverine Godet

Attachée à la presse + accro aux nouvelles technos. Directrice Contrat @ Burson-Marsteller i&e (Cegid, SafeNet, HP, Criteo). #media #socialmedia Bloggeuse sur Tamala75.wordpress.com et podcasteuse sur LVDLT.com
Galerie | Cette entrée, publiée dans Expos & Evènements, Souvenirs du siècle passé, Technologie, est taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

Une réponse à Photos souvenirs des 28ème Journées Européennes du Patrimoine : de Laïka à la Compagnie cynophile de Paris

  1. Alain Godet dit :

    Mort de rire ! On y était aussi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s