Jubilations héroïques, Bruxelles la belle créatrice réveille Paris l’endormie

Les Parisiens ont de la chance. Sans quitter leur belle ville, endormie par les premières froidures d’automne, ils peuvent suivre les rayons bas du soleil sur l’horizon pour se téléporter en quelques secondes à Bruxelles, la cosmopolite, la créatrice. Ce petit miracle est possible tous les jours de la semaine, depuis 26 ans, au croisement de la rue Saint-Martin et de la rue de Venise, au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris.

Franciliens et touristes revenus de tout, plus surpris de rien, les yeux blasés à battre le pavé entre Halles et Marais, ressortent hallucinés de cette enclave Bruxelloise ouverte à tous, sans chichis, et sans frais d’entrée!

A découvrir depuis le 10 novembre 2011 et jusqu’au 29 janvier 2012: « Jubilations héroïques », une sélection de gravures, dessins, peintures, vidéos, textiles et assemblages de plastiques, oeuvres d’une douzaine de plasticiens émergents résidant à Bruxelles. Quel point commun entre ces artistes d’origines diverses, de formations variées, et utilisant des matériaux tout aussi divers, textile, vidéo, bubble gum? L’exploration de la jouissance de la technique, de la matière et des couleurs. C’est la promesse faite sur le prospectus, et concrètement sur place c’est un télescopage assez humoristique qui vous accueille dès l’entrée de l’exposition avec les sculptures ludiques de Frédéric Penelle.  Un coup de pistolet à colle et hop! Spiderman veille sur les coucous suisses, imperturbable sous les éclaboussures de peinture pailletée. Hideux et joyeux, monstrueusement classique et naturellement kitsch.

Deux autre coups de coeur dans cette exposition: les séries « la noblesse du plastique » de Olivier Goka et Bernard Babette, et « la musique du textile d’Alice Pilastre.

Olivier Goka, illustrateur reconverti dans la sculpture, connu notamment pour sa participation aux « Triplettes de Belleville » s’est associé au photographe Bernard Babette pour donner vie à la vraie fausse « collection Vonpischmeyer ». Dans l’écrin obscur et feutré d’une salle à l’éclairage subtilement travaillé, plastiques et matériaux récupérés  prennent des airs de véritables statuettes africaines.

Les visiteurs prennent eux des airs de  Jacques Chirac du dimanche examinant en expert un masque Dogon en vrai morceaux de cafetière en plastique.

Nos camarades Wallons avaient joué à fond la carte du clin d’oeil en présentant cette exposition pour la première fois en 2007 au Botanique de Bruxelles, lieu de science et d’études botanistes de 1829 à 1939, reconverti depuis 1984 en centre culturel de la Communauté française de Belgique. On se prendrait presque à rêver d’une installation permanente à Paris au Musée du quai Branly.

Alice Pilastre est diplômée en Design Textile et en métiers d’art en broderie et tapisserie, son travail revisite donc des techniques anciennes mêlées à son amour de la musique.

Un ruban de métal perforé ou une sangle de tissu tressé deviennent ainsi des partitions de boîte à musique. Chaque visiteur prend ensuite part à l’oeuvre en tournant les manivelles qui feront tinter quelques notes magiques des gymnopédies d’Erik Satie.

Des fuseaux d’ébène et de bambou, autrefois utilisés par les dentellières, se transforment en une ombrelle mécanique virevoltant au bout d’un moulinet de pêche. Les ombres portées, mêlées à celles d’une maison de papier prisonnière d’une serre de verre, ajoutent à la magie de ce curieux ballet.

Le Centre Wallonie-Bruxelles vous offre donc plusieurs solutions jubilatoires pour vous sauver de la déprime hivernale. Ne jouez pas les héros en essayant de vous en sortir tout seul. Et si avec tout cela vous avez encore besoin de réconfort, souvenez-vous des paroles de Jacques Chirac, lors d’un discours à Saint-Etienne en 1986: « Dans la vie il y a des hauts et des bas. Il faut surmonter les hauts et repriser les bas. »

A propos Tamala75 aka Séverine Godet

Précédemment attachée à la presse, je suis aujourd'hui consultante en marketing des services et toujours accro aux nouvelles technos. Je suis aussi Responsable éditorial de Atout DSI, site et communauté pour les DSI qui se transforment.
Galerie | Cet article, publié dans Expos & Evènements, Humour, LVDLT, musique, paris, Souvenirs du siècle passé, Technologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Jubilations héroïques, Bruxelles la belle créatrice réveille Paris l’endormie

  1. Alain Girodet dit :

    Une expo qui montre le délire créatif des belges tels qu’on les aime depuis toujours : du surréalisme moderne ! Ma préférence va à la série de photos d’objets électriques ou électroniques détournés en masques et sculpture dignes des arts premiers. Allez-y, c’est gratuit, et c’est réjouissant !

  2. Ping : LVDLT #14 - Ma belle-sœur s'appelle Cravate - La Voix dans la TêteLa Voix dans la Tête

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s