Le rhume en 10 chiffres, de 1550 av. J.-C. à nos jours

On ne sait jamais quand on peut avoir besoin de maîtriser les bases de la stratégie militaire. Au travail, au supermarché, au pied du sapin de Noël… chaque journée à son lot de petites batailles ordinaires, mieux vaut donc s’y préparer. Et si l’ennemi invisible et sournois qui vous attaque porte le nom de rhume c’est là que les enseignements de Sun Tzu, dans l’Art de la guerre, peuvent faire la différence: « Connais ton ennemi et connais toi toi-même« . Manque de bol, les virus du rhume sont aussi de fins stratèges puisqu’ils appliquent une des règles de base de l’art de la guerre, la tromperie, en se cachant derrière le nom de « rhume banal »! Tentons donc de mieux connaître le rhume, en 10 chiffres, pour mieux le combaaaa *tchaaaaaaaaaaa*, le combattre donc. *sniiif*

40

Pour 40% des affections respiratoires aiguës causées par la rhinite aiguë ou rhume. Aucune cure contre le rhume n’existe à ce jour, uniquement contre ses symptômes :  la congestion nasale, les maux de têtes et la fièvre.

Et aussi pour 40 milliards de dollars en coûts directs (perte de productivité) et indirects (visite de médecins et coût des médicaments) du rhume aux USA (étude de 2007).

200

Pour les 200 virus (rhinovirus, picornavirus ou coronavirus) différents qui peuvent causer le rhume en envahissant la muqueuse nasale. Seul le virus de la grippe peut être mortel, les virus du rhume sont eux principalement très très très énervants. Mais la cure est parfois pire que le mal : attention aux vasoconstrictueurs qui diminuent la sensation de nez bouché, L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) se penche actuellement sur des produits qui mal utilisés peuvent avoir de graves effets indésirables.

74,8 millions

Pour l’évaluation du marché de la décongestion en France : 74,8 millions d’euros par an. Le populaire Vicks VapoRub représente 16,8% de ce marché en France (2011). Si vous voulez vous occuper pendant que vous avez le nez au dessus de votre inhalateur, je vous conseille ce magnifique reportage photo du JournalduNet dans l’usine de fabrication de Vicks VapoRub pour les 100 ans du baume : Vicks VapoRub, un baume centenaire qui se porte bien.

 -1550

Pour 1550 av. J.-C., année où fut écrit le papyrus Ebers, plus ancien traité médical connu à ce jour, écrit par Imhotep, médecin du pharaon Amenhotep 1er. Pour les cinéphiles je précise qu’il n’y a aucun lien de parenté avec le prêtre momifié vivant dans le film La Momie. Parmi les nombreuses affections et leurs remèdes recensées dans ce traité on trouve déjà le cancer et le rhume, avec une savoureuse incantation : « Ecoule-toi, rhume, fils du rhume, qui rompt les os, écrase la tête, blesse douloureusement les sept ouvertures de la tête ! ». En cas d’effet secondaire indésirable, prévoyez un parchemin de Thot pour vous faire ressusciter par Brendan Fraser.

1773

Pour l’année de publication à la Bibliothèque du Congrès, la bibliothèque nationale américaine à Washington, de « Notes on Colds ». L’auteur de ce traité sur le rhume  n’est autre que Benjamin Franklin un des pères fondateurs des Etats-Unis. Franklin ne s’est pas contenté de théoriser les origines du rhume, par la transmission de personnes à personnes dans l’air, théorie qui sera validée près de 170 ans plus tard, il a également inventé des techniques pour le guérir et surtout le prévenir. Parmi ses inventions : le poêle à bois à combustion (1742), appelé « poêle Franklin« , premier chauffage par convection qui en plus d’améliorer considérablement le confort a joué un rôle important dans l’amélioration de la qualité de l’air intérieur, et donc dans la prévention des rhumes!

359

Pour 359 lettres échangées entre Benjamin Franklin et ses contemporains comportant le mot « cold(s) », et 23 le mot « rhume » en Français (Franklin ayant été le 1er ambassadeur des Etats-Unis en France.) Cette recherche, et d’autres moins triviales, sont possibles grâce au programme collaboratif « The papers of Benjamin Frankin » mené par les chercheurs de l’université de Yale. Ces derniers ont depuis 1954 collecté puis numérisé plus de 30 000 écrit de Benjamin Franklin (1706-1790), aujourd’hui en accès libre sur Internet.

Voici l’exemple d’un courrier adressé par le Chevalier de Laneuville à William Temple Franklin (le fils de Benjamin Franklin), à propos de l’organisation d’une petite sauterie entre djeunes. Quand on lit ça on est bien content de vivre au temps du téléphone, des emails et du Doodle.

Texte copié-collé du site The papers of Benjamin Franklin, l’orthographe est d’époque!

dimanche a Paris.

N’ayant receu que ce matin, Monsieur et ami, réponse a ma premiere lettre qui vous annoncoit un bal pour mercredi 12 de ce mois, je craignois que vous ne l’eussiéz pas receu, et, jai eu l’honneur de vous en écrire une Seconde pour vous prèvenir que le bal avoit été remis a dimanche 16. la quantité de follettes, (c’est le nom que lon a donné cette anée aux Rhumes) quil y a a paris, a èté cause de ce retard, j’en ai été tres faché parce que comme je scai que le dimanche est le jour ou vous recevèz du monde, jaurois dèsirè que l’on eu prisse un tout autre. cependant comme cela commencera a trois heures et finira a onze, vous pouvèz tres bien si cela est absolument nécèssaire paraitre au diner chez Mr votre pere, et partir immédiatement apres. Si vous pouvèz vous en dispenser faites moi l’honneur de venir chez mes parents dimanche 16. et de la nous irons ensemble au lieu de l’assemblée. vous y êtes annoncé, et l’on sera fort aise de vous y voir. je suis faché de vous tant importuner, mais il est nécéssaire que je Scache vos arrangements pour y conformer les miens, et le quel vous préferéz, ou de vous rendre directement chez lui je désire que vous acceptiéz le premier parceque nous irions ensemble prendre une jolie dame. J’ai engagé Mr Wharton le fils Si cela pouvoit être de son goust a nous accompagner.

J’ai Lhonneur d’être avec les Sentiments les plus distingués d’Estime et d’affection Monsieur et ami votre serviteur

Laneuville

Addressed: A Monsieur, / Monsieur William franklin / ches Son Excellence Mr. franklin / A Passy.
Notation: M. De Laneuville.

1892

Pour l’année d’édition des Contes humoristiques de Mark Twain, dont le conte « Pour guérir un rhume« . L’auteur des Aventures de Tom Sawyer y partage des recettes de grand-mère contre le rhume en déclarant que « ayant mené une vie pure et sans tâche, j’ai le droit de croire que nul de ceux qui me connaissent ne rejettera les idées que je vais émettre, dans la crainte que j’essaye de le tromper. Que le public me fasse l’honneur de lire mes expériences pour la guérison d’un rhume, comme exposées ci-dessous, et de suivre la voie que j’ai tracée ». Une voie réservée aux plus aventureux, entre bains de pieds chauds, enveloppements de draps glacés humides, et cure de whisky!

1946

Pour l’année officielle de la découverte du virus du rhume, grâce à d’héroïques volontaires de la « Common Cold Unit », l’ « Unité de recherche contre le rhume » fondée près de Salisbury, Wiltshire. D’après les historiens britanniques, se faire inoculer le virus du rhume puis rester 10 jours en observation dans un chalet, avec indemnisation et repas payés, était un choix de villégiature populaire dans l’immédiat après-guerre. C’est vrai qu’ils ont l’air de grave s’amuser dans ce film des archives de la British Pathé de 1947 : « Colds to order« .

1989

Pour l’année de fermeture de la « Common Cold Unit », qui malgré de belles découvertes n’a jamais trouvé la cure miracle contre le rhume. Cette aventure est racontée par le créateur du centre, le Dr. Tyrrell dans le livre « Cold wars : the fight against the common cold » (Oxford University Press, 2002). Elle est aussi racontée et chantée par Benny Hill et le « Common Cold Research Choir », dans ce sketch de 1991 : Benny Hill in New York Special – Common Cold Research Center (si vous ne résistez pas à plus de 32 jeux de mots, en VO, à la minute, vous pouvez aller directement à la chanson, à la 5ème minute).

2008

Pour l’année où la première souris a attrappé un rhume. Les scientifiques britanniques n’ont en effet pas baissé les bras en 1989 mais continué de plus belles leurs recherches contre le rhume. Le rhinovirus n’affectait jusqu’alors que les humains et les chimpanzés, empêchant toute recherche sur des souris (moins chères ou plus coopératives j’imagine…). Grâce à d’héroïques souris volontaires toute une batterie de nouveaux médicaments contre le rhume, l’asthme et la bronchite sont donc actuellement testés. Espérons que ces vacances forcées portent rapidement leurs fruits… et qu’ensuite les Studios Disney aient la bonne idée de produire un dessin animé sur l’aventure méconnue de la Common Cold Unit.

A propos Tamala75 aka Séverine Godet

Précédemment attachée à la presse, je suis aujourd'hui consultante en marketing des services et toujours accro aux nouvelles technos. Je suis aussi Responsable éditorial de Atout DSI, site et communauté pour les DSI qui se transforment.
Galerie | Cet article, publié dans Cinéma, Grandes causes, Humour, Littérature, Souvenirs du siècle passé, Technologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s